En avant CITIJUNG !

Pourquoi CitiJung? Une première lecture en deux mots :

Citi : Référence à nos vies citadines
Jung : Accent sur l’aventure.

Une deuxième lecture en trois mots :

Ci : Côté féminin de l’association, Lucie
Ti : Côté masculin de l’association, Titouan
Jung : Mot coréen qui représente le lien entre deux personnes que l’on ne peut briser.

L’objectif est de traverser à pied et en autonomie complète 140 kilomètres du plus grand désert de sel de notre planète, celui d’Uyuni en Bolivie. Ce projet était avant tout un défi personnel pour Titouan. Pour un passionné de survie et d’aventure, cet objectif est devenu un rêve à réaliser. Pendant la recherche d’informations concernant le désert de sel, Titouan s’est rendu compte qu’il n’a pas été le seul à avoir ce rêve.


C’est le cas de Mr Alban TESSIER, qui a lui-même traversé le site d’Uyuni en Juillet 2018 dans les mêmes conditions, à une différence près (et pas des moindres) : Il est déficient visuel et atteint d’une rétinite pigmentaire qui le prive d’une grande partie de son champ de vision. Une rencontre est organisée et le projet est officiellement lancé. Le piment de la vie c’est le partage et Titouan l’a bien compris !


En Août 2020, il choisit de proposer à Lucie de l’accompagner dans cette aventure.
Son amie de longue date n’a pas hésité une seconde. Ce défi est devenu alors un rêve commun. Le défi sportif en lui-même semblait totalement compatible avec un projet humanitaire. En effet, marcher c’est bien beau… mais marcher pourquoi? pour qui?
La naissance de cette association est avant tout une envie d’aider, de réunir, de créer, de soutenir…


Comme le dit si bien notre slogan : Marcher pour donner.

A travers la plateforme de dons « Helloasso » nous souhaitons récolter des fonds afin d’aider l’association « Macha’k Wayra » qui est un organisme humanitaire franco-bolivien.

Lucie BARILLER

« Un petit bonjour de la trésorière !


Je suis née le 2 Juillet 1991 à Fougères. La Bretagne est en moi mais n’y étant pas restée assez longtemps pour m’imprégner totalement, je dirais que je suis plus angevine d’adoption.
J’ai débarquée en Anjou pour mes études d’optique. Depuis une dizaine d’années je profite de la douceur angevine.
Je suis opticienne depuis 11 ans. Ce métier m’a beaucoup apporté : la confiance d’une équipe soudée, le sens de l’organisation, la précision manuelle et surtout l’écoute relationnelle au contact de la clientèle.


En mélangeant tout ça et en ajoutant une bonne dose d’entrainements sportifs, je devrais arriver au bout de ce rêve : traverser le désert de sel d’Uyuni à pied et en autonomie.
En effet, les personnes qui me connaissent seront toutes d’accord sur ce point : je ne suis pas une très grande sportive… mais avec de la détermination et le soutien de mon coéquipier, tout est possible !
J’ai également la chance d’être bien entourée dans ma vie. En effet, ma famille et mes amis ont tous des valeurs qui résonnent en moi et qui m’ont permises d’être la personne que je suis.


L’enthousiasme, la générosité et la curiosité : voila les valeurs qui me tiennent à cœur et qui m’aideront, je pense, à concrétiser cette belle aventure.
Suivez-nous et faites que ce projet devienne le vôtre !
Comme on dit à Angers : Topette ! »

Titouan GAUVREAU

Est ce que dès la naissance notre prénom nous prédestine à un avenir ? Personne ne le sait.
Pourtant mon prénom traduit du Breton signifie « celui de passage ». Allez je me présente :
Titouan GAUVREAU, né le 6 juin 1993 aux Sables d’Olonnes, caissier.

J’ai toujours été un enfant discret avec pour seul échappatoire à l’imaginaire : les livres. Le premier livre que j’ai aimé parle d’un homme vivant en pleine nature et réalisant des quêtes. Comme c’est drôle !
Durant mon adolescence, tous les 3 ans environ, nous partions avec mes parents et un couple d’ami dans des pays avec d’autres croyances, d’autres modes de vie. Cela avec tolérance et curiosité, un contraste entre mon imaginaire et la réalité de la vie.

Après la majorité, un besoin d’aventure s’est fait sentir. Je suis parti seul dans un pays durant trois semaines. Ce premier face à face avec moi-même, plutôt agréable, m’amena à me débrouiller, à m’adapter, à m’écouter et à vouloir encore plus voyager, avec cette soif de nouveauté. Après plusieurs voyages et après avoir dévoré des tonnes de livres d’aventurier(-ières), j’ai écouté mon intuition. J’ai fait des études en protection de l’environnement et un stage de survie avec Rémi Camus, un aventurier dont le partage de ses expériences a été incroyable.

J’ai rencontré par la suite d’autres personnes aux expériences incroyables qui m’ont donné envie, encore plus, de vivre à mon tour des aventures extraordinaires. (pour pouvoir les partager ensuite !)

J’arrive à me surprendre en réalisant des choses qui au premier abord me semblaient improbables ! Tout part toujours d’une idée folle qui, après réflexions, peut être vécue. Alors j’essaie et je donne tout pour y arriver !